lundi 11 juin 2018

Donald Trump au G7 face à ses alliés occidentaux : je t’aime, moi non plus


Publié dans TheConversation

Au risque d’être rébarbatif, nous avancerons que ce qui vient de se passer au Canada s’annonce fort instructif du point de vue théorique pour l’analyse des relations internationales.

Donald Trump, par son attitude, n’a fait que pousser une fois plus à l’extrême une posture déjà existante aux États-Unis depuis longtemps, assimilable à la tradition jacksonnienne, et rétive à toute contrainte liée à des engagements extérieurs qui pourraient nuire à la sécurité, à l’identité, aux intérêts des « vrais » Américains. Simplement, il le fait au XXIe siècle (Andrew Jackson était président de 1829 à 1837), dans un monde de globalisation et d’interdépendance complexe, où chacun est lié à tous les autres par les échanges ou l’information en temps réel.

Trois questions intéressantes se posent aujourd’hui.

- Jusqu’à quand l’Alliance avec les Européens va-t-elle tenir ?
- Jusqu’où le système politique américain va-t-il permettre à son président de se comporter de la sorte?
- Trump peut-il faire triompher sa logique et garder une majorité pour mettre fin à soixante-dix ans de Grand Strategy américaine ?

Le sens des alliances

Y a-t-il encore une alliance entre les États-Unis et leurs partenaires de l’OTAN, ou leurs interlocuteurs privilégiés comme le Japon ? Les camouflets s’accumulent, les insultes pleuvent, et la bataille commerciale qui s’annonce montre qu’il s’agit de divergences d’intérêts réels, non d’une simple incompatibilité d’humeur.

Le fait d’être alliés sur le plan militaire mais concurrents sur le plan économique est classique entre l’Amérique, l’Europe et le Japon. Mais l’atmosphère à la Maison Blanche laisse penser que, cette fois, son locataire considère globalement ses partenaires comme des handicaps, non plus comme des atouts.

Cette remise en cause du concept même d’alliance trouve aujourd’hui d’autres expressions ailleurs, qui cette fois ne doivent rien à Trump. L’évolution interne de la Turquie, son attitude en Syrie, et même à certains égards la gestion de sa diaspora en Europe, deviennent difficilement compatible avec son adhésion à l’OTAN, et sa candidature (certes de plus en plus rhétorique) à l’UE.


Photo de famille du G7 au Canada, le 9 juin 2018. Leon Neal/AFP
Plus loin encore (on serait tenté de dire « en face »), dans l’organisation de coopération de Shanghai, l’arrivée probable de l’Iran comme membre à part entière, l’entrée de l’Inde et du Pakistan en 2017, empêchent de faire de ce groupe une entité homogène, sorte de « contre-OTAN ».

Trump exacerbe certes la tendance par son style, mais c’est plus généralement la question de la viabilité même d’alliances stables et pérennes qui est posée désormais dans le monde des années 2018 et suivantes.

Que va faire l’État profond ?

Si l’on retient les leçons de Robert Putnam et de ses collègues (Peter B. Evans, Harold Karan Jacobson), dans leur ouvrage célèbre de 1993 (Double-Edged Diplomacy), on se souvient que la politique étrangère, peut-être plus encore aux États-Unis, est façonnée au moins autant par des rapports de force internes que par les événements internationaux auxquels il s’agit de répondre.

La question est donc : que pense le système américain, avec ses animateurs, ses contre-pouvoirs, ses décideurs, son « État profond », ses analystes, ses groupes d’intérêt, d’un Président qui affaiblit chaque jour la parole des États-Unis ? Un président qui effraie ses alliés les plus importants, insulte ses voisins, remet en cause les traités signés, y compris ceux qui étaient jugés favorables aux intérêts américains. Qui s’exprime essentiellement par tweets. Qui, en plein bras de fer intérieur sur ses liens supposés avec une Russie considérée comme extrêmement agressive sur le plan du renseignement et de la déstabilisation, se permet le luxe de proposer la réintégration de Moscou dans le G7-G8, essuyant par-là même sur ce point une rebuffade des Européens ?

Sans compter que le découplage entre l’Europe et l’Amérique, auquel Trump travaille régulièrement, fait de la Russie le premier bénéficiaire de ces rodomontades. Même si, en réalité, Trump et Poutine sont en train de devenir à eux deux les meilleurs impresarios d’une vision stratégique ouest-européenne commune, soudain ressuscitée, et à laquelle s’adjoint le Canada.

Cela est-il encore acceptable par les gardiens du dogme ? S’ils sont divisés, quel est le rapport de force entre les camps en présence ? Si leur patience a des limites, où se situe le point de rupture, quelles sont les lignes rouges ? Et qu’envisagent-ils de faire si celles-ci sont franchies ? Il y a là, du point de vue de l’analyse du système politique américain, des défis passionnants à venir.

Et si Trump gagnait ?
Lire la suite dans TheConversation

mercredi 30 mai 2018

Singularités franco-russes




La visite d’Emmanuel Macron à Saint-Petersbourg (24 au 25 avril) a confirmé que la Russie était un interlocuteur important et difficile. Des terrains d’entente existent, mais les principaux intérêts stratégiques divergent. Depuis presque trente ans, les malentendus se sont accumulés entre le monde occidental et la nouvelle Fédération de Russie, laquelle est loin d’être une entité unique et immuable. Si Paris souhaite être l’artisan d’une relation plus sereine avec Moscou, une triple prise de conscience s’impose. Il convient de prendre acte des perceptions russes, même si on ne les partage pas. Ensuite, la France entretient elle-même avec la Russie un lien biaisé par des facteurs qui ont peu à voir avec la rationalité des relations internationales: le reconnaître serait utile. Enfin, il est temps d’admettre que les recettes de la Realpolitik, avec la Russie, sont un bon moyen de faire progresser le dialogue.

La Russie, incontournable et problématique

La fin de la guerre froide et de l’Union soviétique, les pertes territoriales des années 1990, les difficultés économiques et l’hémorragie démographique n’ont fait disparaître l’importance géopolitique de la Russie. Géant militaire et énergétique aux portes de l’Europe, puissance diplomatique, élément central des mondes russophone et orthodoxe, le pays a eu raison des analyses prospectives qui annonçaient son effacement dans une nouvelle bipolarité sino-américaine. Sur les questions de sécurité européenne, sur le jeu proche-oriental de la Syrie à l’Iran, ou ailleurs, le monde doit compter avec Moscou. Avec à sa tête depuis bientôt vingt ans, un homme habitué aux initiatives brutales (Tchétchénie, Géorgie, Ukraine, Syrie…) et qui s’offre le luxe d’être la coqueluche des analystes stratégiques anglo-saxons. 

Lire la suite sur L'Opinion, ainsi que la chronique L'air du large

jeudi 19 avril 2018

Syrie : la couleur de la ligne rouge

Paru dans The Conversation

Les frappes militaires occidentales en Syrie, dans la nuit du 12 ou 13 avril 2008, ont été justifiées par leurs auteurs au nom du franchissement par le régime de Damas d’une ligne rouge intolérable. En l’occurrence, l’usage réitéré d’armes chimiques sur des populations civiles. Cette initiative, qui a conduit à la destruction de plusieurs sites militaires syriens liés aux armements chimiques près de Damas et dans la région de Homs, ouvre plusieurs questions.
Quelles en sont les conséquences sur la situation au Proche-Orient, sur les équilibres globaux, et enfin quel sera l’avenir du concept de ligne rouge dans les usages stratégiques internationaux ?

Les frappes occidentales : quel impact ?

Selon toute vraisemblance, les frappes opérées n’avaient pas pour objectif d’ouvrir la voie à un affrontement plus global, ni de préparer un changement de régime en Syrie. Les trois chancelleries concernées – États-Unis, France, Royaume-Uni – ont pris soin de modérer leur propos au lendemain des opérations, de souhaiter la reprise du dialogue diplomatique, et même de proposer (comme la France) de nouvelles résolutions aux Nations unies. Elles ont pris soin, surtout, de ne pas frapper de cibles russes.
Sur le front militaire syrien proprement dit, ces frappes ne devraient donc pas bouleverser les équilibres. Leurs conséquences politiques pourraient néanmoins être importantes. En premier lieu, elles ont pour vocation de corriger l’épisode de 2013, lorsque les États-Unis de Barack Obama refusèrent de suivre la France dans sa volonté de frapper le régime de Damas après, déjà, l’utilisation très probable par ce dernier d’armes chimiques contre des populations civiles.
Cette séquence avait symbolisé les hésitations et sans doute la faiblesse de l’Occident face à un régime sans scrupule. L’entrée spectaculaire sur la scène syrienne de la Russie quelques mois plus tard, puis le processus d’Astana co-piloté par Moscou, Ankara et Téhéran, avaient illustré avec force le recul des trois Alliés qui s’étaient jusqu’alors situés au premier plan des drames du « Grand Moyen-Orient », de l’Irak à l’Afghanistan, en passant par la Libye.
Par la suite, la lutte contre l’État islamique avait pris le pas sur l’objectif de punir Bachar Al-Assad, la Turquie s’était rapprochée de Moscou, et le gouvernement syrien avait repris le contrôle de l’essentiel du territoire. Il apparaissait donc en quelque sorte vainqueur, même s’il se trouvait affaibli et dépendant de ses sauveurs, l’Iran et le Hezbollah d’une part, la Russie de l’autre. Vainqueur, même, au point de se permettre de persévérer dans l’utilisation des armes chimiques, après avoir annoncé un accord russe sur leur démantèlement.

Les Alliés à nouveau réunis

L’un des points importants de ces frappes réside peut-être dans l’affichage d’un front (ré)uni des trois Alliés. L’Amérique, en dépit de son Président fantasque, a agi de concert avec son homologue français qui avait pourtant annoncé « la fin d’une forme de néoconservatisme importée en France depuis dix ans », et une première ministre britannique affaiblie par le Brexit et par les élections générales de juin 2017.
Le trio habituel de l’intervention extérieure s’est donc reconstitué, de surcroît sur un dossier où on le disait définitivement relégué au second plan. Cela change naturellement la donne, même si cela ne réglera pas tous les désaccords annoncés entre les partenaires. On pense, notamment, à l’accord sur le nucléaire iranien, auquel l’Élysée tient tandis que la Maison Blanche veut le remettre en cause.

Lire la suite dans The Conversation

vendredi 23 mars 2018

Les premiers jours de Pompeo

«A l’ère Trump-Pompeo, l’Europe doit-elle apprendre à se passer de l’Amérique?», par Frédéric Charillon


Article rédigé pour : 
Toujours la même méthode brutale pour humilier ses collaborateurs, toujours la même impression de désordre déguisée en reprise en main, et au final un repli sur une garde rapprochée après avoir échoué pendant un an à rassurer et à rassembler : la nomination de Mike Pompeo au secrétariat d’Etat (et son corollaire, le limogeage de Rex Tillerson) souligne une fois de plus le choix d’une ligne dure par le président Donald Trump. Cela ne sera pas naturellement sans incidence sur la France et l’Europe.
Le secrétaire d’Etat sortant constituait un point de repère et un interlocuteur pour les Alliés, dans un climat de désorganisation peu rassurant par ailleurs, marqué par une grande instabilité dans les équipes. Surtout, contrairement à la Maison Blanche, il était sur la même ligne que Paris au regard de plusieurs dossiers importants : Tillerson était favorable au maintien des Etats-Unis dans l’accord de Paris sur le climat, souhaitait préserver l’accord sur le nucléaire iranien et aurait préféré une ligne moins imprudente que celle de Trump sur la brouille entre le Qatar et l’Arabie saoudite. Son départ n’est pas une surprise totale tant son isolement devenait visible, mais son remplacement par Pompeo, et la nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA, ouvrent une période difficile pour la relation transatlantique.
En premier lieu parce qu’il est toujours difficile pour les Alliés de gérer une équipe américaine impopulaire, et celle-là le sera probablement : l’implication de Gina Haspel dans des programmes de prisons secrètes après 2001, la ligne dure de Mike Pompeo ont tout pour ramener la relation aux tensions des années 2000. Or l’allié américain est déjà assez difficile à gérer comme cela, de l’Otan à l’ONU, de l’Iran à la Syrie, du climat au commerce, de Jérusalem à Pyongyang, pour ajouter encore à ces contraintes extérieures les réactions allergiques, en interne, d’opinions publiques européennes encouragées dans l’anti-américanisme. Pompeo existera-t-il par lui-même au-delà de sa fidélité à Trump, avec des bonnes surprises possibles, comme certains aux Etats-Unis semblent l’espérer, à l’image de Henry Kissinger ? Ou sera-t-il, comme son chef, le visage de l’Amérique que le monde aime détester ?
Grande Stratégie. Surtout, la vision du monde selon Trump, esquissée dans la campagne de 2016 et qui triomphe aujourd’hui, est la négation d’une Grande Stratégie américaine en place depuis 1945, dans laquelle l’Europe jouait un rôle fondamental, et qui se serait parfaitement articulée avec les premiers discours de politique étrangère d’Emmanuel Macron. Cette Grande Stratégie américaine, quelle était-elle ? Une Grande Stratégie – terme qui fait l’objet de nombreuses études actuellement aux Etats-Unis mais nullement en Europe – peut se résumer à la formulation des principaux intérêts d’un pays dans le monde, à la définition des actions à mener pour les défendre, et au rassemblement des moyens nécessaires pour ce faire.

Lire la suite dans : 

samedi 17 février 2018

Mind the Gap: How France and Germany Can Spearhead Joint Foreign Policy Initiatives Now

Mind the Gap: How France and Germany Can Spearhead Joint Foreign Policy Initiatives Now  

(extraits du dossier dirigé par Claire Demesmay, DGAP, Berlin) : lire ici

Edited by Claire Demesmay 

In light of the current instability on Europe’s borders and uncertainties about the international role of the US under the administration of President Donald Trump, it is high time for Franco-German foreign policy initiatives. With a possible new German government in sight, a window of opportunity opens for new joint action by the two countries at the core of the EU. At the same time, differences between France and Germany, both on policy issues and in terms of their strategic cultures, could impede any such cooperation. This study shows how Paris and Berlin can bridge – and exploit – these gaps to facilitate joint initiatives, even in the short term, on four key topics: Russia, transatlantic relations, Syria and Turkey.

Syria: Associating German with French Initiatives

Frédéric Charillon & Andreas Rinke  

The conflict in Syria currently stands at the center of much of the international debate because it triggered a destabilization of the entire Middle East region – with the military involvement of a large number of foreign countries. The armed conflict also sent huge numbers of refugees to neighboring countries and Europe. As a result, Syria swiftly climbed to the top of the diplomatic agenda
for Germany and France. Despite the shared urgency, however, both countries have very different views on the conflict: This is due partly to historical reasons, and partly to the fact that France and Germany play different roles in world politics and hold different views on the use of military power. Nonetheless, the time for joint initiatives is now better than ever before – frstly, because  both countries share common interests in the Middle East, and secondly, because the election of French President Macron might help fnd a common stance. A common French-German strategy for Syria, and for the wider Middle East, is both possible and necessary, and the EU offers the best framework in pursuing this. Paris made it clear that it wanted to promote new initiatives. Associating Germany with them would be indispensable.

France and Germany: Different Approaches Toward Syria
Germany and France diverge widely in their approaches toward Syria for at least three reasons. These relate to the two countries’ different historical involvement in the region, to their divergent attitudes on the use of military force, and lastly, on the context of current terrorist attacks.

The historical factors at play in the issue date back to colonial times: Unlike Germany, which does not have any colonial background in the Middle East, France used to exert tutelary power in both Lebanon and Syria and has kept strong links with the Levant ever since. Paris’ political clout in Lebanon somewhat decreased when frst, the Syrian, and then the Iranian grip on the country intensifed after the Civil War (1975-1989). But a struggle for influence between the West – mainly France and the US – and the Syrian-Iranian camp remained. Several attacks on the French territory in the 1980s, as well as the assassination of the French Ambassador in Beirut in 1981 and
later the killing of French hostages were attributed to Damascus, Tehran and their local allies, such as Hezbollah.
  

mercredi 31 janvier 2018

La visite du Vice-Président américain au Moyen-Orient

Le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence (au milieu) accompagné de sa femme (à droite).REUTERS/Muhammad Hamed

    Le vice-président des Etats-Unis Mike Pence est en tournée au Proche-Orient : après l’Egypte hier, il est aujourd’hui en Jordanie et en Israël. Une tournée qui ne se déroule pas sous les meilleurs auspices. Frédéric Charillon, professeur en science politique à l’Université d’Auvergne, Cofondateur et ancien directeur de l’IRSEM, l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire, répond aux questions de Chantal Lorho.
    http://www.rfi.fr/emission/20180121-mike-pence-situation-inconfortable-frederic-charillon

    samedi 30 décembre 2017

    Trump invente le G1

    Artcile paru dans TheConversation et Slate.fr

    Donald Trump persiste dans les décisions polémiques, en dépit des réticences d’une partie de son administration. Le retrait américain de nombreux traités ou organisations internationales, la remise en cause des alliances, un mur avec le Mexique… Et maintenant la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël. La posture reste guidée par deux logiques du Président américain : rester en phase avec une base dure, et faire parler de lui. La nouvelle polémique sur Jérusalem est porteuse de risque politique, de clarification et de transition.

    Allumer le feu

    En annonçant l’installation future de l’ambassade américaine à Jérusalem, reconnue comme capitale d’Israël, le locataire de la Maison Blanche ne fait que peu d’heureux, parmi lesquels quelques cercles aux États-Unis, et bien entendu l’actuel Premier ministre israélien, Benyamin Nethanyahou. Ailleurs, c’est le désarroi dangereux, l’inquiétude ou l’embarras.
    Désarroi chez les Palestiniens, avec le risque que le sentiment de n’avoir plus rien à perdre favorise les franges les plus extrêmes, à l’heure où des affrontements suivent la décision américaine, en Cisjordanie et à Gaza. Inquiétude dans les capitales occidentales, notamment européennes, face à l’obstination du Président américain à répandre la déstabilisation avec toujours la même unique satisfaction d’en être l’auteur. On s’inquiète, en Europe, pour un voisinage stratégique sud-méditerranéen souvent exportateur de tensions sociales et communautaires, et plus largement pour l’avenir d’une sécurité européenne dépendante d’une puissance américaine aujourd’hui bien imprévisible.
    Inquiétude aussi dans les capitales arabes qui ont vu par le passé d’importantes manifestations de soutien aux Palestiniens (comme en Jordanie), ou dont la situation est déjà si tendue que ce nouvel épisode n’arrangera rien (au Liban). Embarras, également, dans les pays arabes dont les relations avec Israël étaient apaisées, comme en Égypte, ou bien se réchauffaient au point de prendre la direction d’un nouvel axe stratégique, comme à Riyad.
    Dans ces capitales-là, la cause palestinienne, à vrai dire, n’est plus prioritaire depuis longtemps. Mais dans leur préoccupation actuelle de lutter contre l’influence iranienne, elles se retrouvent non plus discrètement alliées à un partenaire israélien qui a le même ennemi, mais tapageusement associées sur un enjeu hautement symbolique au duo Trump–Netanyahou, ce dernier étant par ailleurs assailli d’accusations de corruption, et dont la propre presse – le journal Haaretz – se demande « combien de vies la décision de Trump va coûter ».
    Lire la suite sur TheConversation