dimanche 22 mars 2015

2014 : le soft power à dure épreuve




Article publié dans la revue L'ENA hors les murs n°447
 
L’année 2014 fut particulièrement difficile pour les partisans du soft power, qui soutiennent encore que l’influence, la coopération, l’échange, ou l’attractivité culturelle, restent les meilleurs moyens de défendre ses intérêts, lesquels seraient désormais des intérêts de milieu, c'est-à-dire une cogestion responsable, pacifique et « gagnant-gagnant » de la société mondiale par ses principaux acteurs. On vit en effet, cette année, le grand retour de notions aux consonances autrement moins rassurantes : fait accompli militaire (à l’est de l’Ukraine), révision des frontières (en Crimée), usage paroxystique de la violence (avec Daech), montée aux extrêmes (à Gaza), revendications territoriales et nationalismes (en Mer de Chine du Sud), et au final l’invocation de l’intérêt de possession (« ceci m’appartient », au nom de la géographie, de l’histoire, de la religion, de la démographie ou encore de la culture).
Des acteurs aux contours fort différents et qui ne sont liés entre eux par aucune « Internationale » occulte (comme la Russie de Vladimir Poutine, le gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu, le Hamas, Daech, le régime syrien de Bachar al-Assad, Pékin, peut-être également la nouvelle Turquie d’Erdogan) ont mis en pratique ce que d’autres soutiennent dans le discours (comme beaucoup de Républicains aux Etats-Unis, des diplomates français, japonais ou issus d’Europe centrale et orientale), à savoir que l’usage de la force reste la meilleure garantie de sécurité. Il serait simpliste de réduire cette dynamique au triomphe d’un quelconque complot néoconservateur (auquel il serait par ailleurs étrange d’assimiler les décideurs russes ou chinois). On verra plutôt, dans ce qu’il faut bien qualifier de retour de l’approche réaliste, plusieurs origines.
La première provient de la perception – juste ou erronée – d’une crise du leadership américain dans le système international. Les « lignes rouges » évoquées mais non suivies d’effets en Syrie, ont fait douter certains alliés de l’Amérique (comme en Europe orientale ou en Asie). l’incapacité à relancer le processus de paix au Proche-Orient ou à imposer l’arrêt de la colonisation à l'Etat hébreu ont donné le sentiment à d’autres qu’ils devraient désormais prendre seuls leurs intérêts en main. Les analyses (trop ?) subtiles du président des Etats-Unis sur les limites de l’outil militaire (« Just because we have the best hammer does not mean that every problem is a nail »), sa réponse à la situation ukrainienne par la mise en place d’une pression progressive sur Moscou, la war fatigue qui saisit la société américaine depuis l’aventurisme des années 2000, ont déclenché des paris sur la passivité de Washington (également en proie au shut down, au sequester et à quelques autres bizarreries d’outre-Atlantique). Le moment était venu de profiter d’une perte de crédibilité de la garantie de sécurité américaine. Ainsi a-t-on pu penser à Damas que le champ était libre pour se maintenir dans le jeu politique régional, à Moscou que personne n’entrerait en guerre pour soutenir l’Ukraine – pas plus que pour la Géorgie en 2008 -, ou dans le « Califat » d’Abou Baker al-Baghdadi, que les Etats-Unis ne reviendraient à aucun prix en Irak. On vit même certains alliés de l’Amérique – la France sur les dossiers iranien et syrien, le Canada ou l’Australie sur d’autres – se faire plus intransigeants que Washington, en réaction à cette situation.
Les Etats-Unis ne portent pas seuls la responsabilité de ce retour (des autres) au hard power, étatique ou non étatique. En refusant d’assumer clairement le jeu de la prise de responsabilité internationale, les politiques étrangères des concurrents potentiels, en particulier celles des émergents, ont contribué au « brouillard stratégique ». Intransigeante dans son environnement géographique immédiat, la Chine se mêle peu des tensions plus lointaines, autrement qu’à travers sa préoccupation pour l’accès aux ressources. Au moins jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi, le géant indien produisait peu de vision mondiale. Le Brésil désormais sans Lula semble ne pas poursuivre avec la même intensité ce qui était tout de même l’amorce d’une ambition Sud-Sud dans les années 2003-2011. Dans ce vide (auquel l'Union Européenne participe bien sûr bruyamment), la Russie tente sinon la reprise en main de son ex-« étranger proche », du moins l’envoi de messages intraitables sur le rapport de force qui régit cet espace. A Islamabad, à Ankara, au Caire, à Ryad mais aussi à Séoul, à Tokyo, à Berlin, on revoit sa politique étrangère (et parfois de défense) en fonction d’un monde devenu illisible, apolaire ici (en Afrique ?), bipolaire ailleurs (en Asie, tant le face à face Washington – Pékin hante les esprits), ou encore multipolaire dans les rapports de force économiques. Surtout, on sait dans les zones grises de la planète que nulle combinaison de puissances ne viendra imposer, comme au temps de la guerre froide, une supervision concertée au Sahel, ni aux confins du Nigéria, ni en Mésopotamie, ni dans les territoires palestiniens, ni dans les zones tribales frontalières du Pakistan et de l’Afghanistan. Les entrepreneurs non étatiques de violence, du Hamas à Boko Haram, y ont donc eux aussi le champ libre.
Enfin, les instruments du soft power eux-mêmes, dont on attendait beaucoup, ont contribué davantage à l’inquiétude, à la division, à l’exacerbation, qu’à la régulation, à l'intégration ou à l’harmonisation. Les médias globaux, nouvelles technologies de communication, techniques de diplomatie publique, réseaux sociaux, en fait de « brave nouveau monde » ou de « démocratie cosmopolite » (pour reprendre l’expression de David Held et Daniele Archibugi dans les années 1995), ont produit d’abord la guerre des images (entre les chaînes globales américaines et arabes par exemple), le recrutement en ligne de jiahdistes et autres candidats à l’action violente, l’affaire snowden, les scandales des écoutes de la NSA et la multiplication de cyberattaques, qui ont perturbé à la fois les relations autrefois plus codifiées entre puissances rivales, et les relations de confiance entre alliés.
Le soft power est-il mort en 2014, quelque part entre l’Ukraine, Gaza, l'Irak, la Syrie, le Nigéria, Pyongyang et les îles Diaoyu / Senkaku ? Probablement pas, et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que l’usage de la force démontrera un peu plus encore ses limites dès l’année prochaine. La Russie a commencé de payer économiquement le prix de sa crispation ukrainienne. Israël a vu une fois de plus  (après le Liban en 2006, Gaza en 2009 puis 2014) son entreprise militaire asymétrique aboutir à un isolement politique croissant. Les entrepreneurs de violence comme Daech, AQMI ou Boko Haram, terrorisent mais ne construisent pas. Les puissances étatiques qui s’opposent à eux à l’aide de l’outil militaire (comme la France et  les Etats-Unis) ont admis que ce seul levier ne se suffirait pas à lui-même, et qu’une action internationale concertée, empreinte de reconstruction d’un pacte national avec l’aide d’acteurs de la société civile, serait incontournable. Ce sera bien le cas – parfois sur le temps long – au Mali, en Centrafrique, en Afghanistan, en Palestine ou en Irak. Enfin, l’agenda de l’année 2015 sera riche en défis transversaux ou globaux, qui se joueront sur le terrain du multilatéral. La poursuite de nouveaux formats de concertation plus ouverts (comme le G20), la poursuite de cycles de négociations importants, depuis les enjeux commerciaux, les partenariats intercontinentaux (TTIP, TPP…), ou bien entendu la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en novembre-décembre, seront autant d’occasions pour le soft power de reprendre la main après une séquence plus brutale (ce qui ne signifie pas qu’il n’y aura pas de nouvelles crises).
Reste que les derniers mois ont mis en lumière un fossé inquiétant entre « ceux qui croyaient au soft et ceux qui n’y croyaient pas ». Les premiers sont d’abord occidentaux, et l’on parie beaucoup, ces derniers temps, sur leurs hésitations. L’absence criante des émergents à leurs côtés est l’un des traits marquants de la scène internationale actuelle. L’Inde, la Chine, le Brésil ou bien d’autres en ont pourtant les moyens, mais explorent encore timidement cette piste, soit par manque de conviction, soit par dépendance à un sentier plus culturellement empreint de hard power. Entre les instituts confucius ou l’organisation de Jeux Olympiques (en 2016 au Brésil), il faudra plus que la K-Pop pour changer la donne. Mais seule la conversion des géants du sud à la course mondiale à l’influence, à la séduction, à la coopération, à l’implication dans la gouvernance et la gestion des défis globaux, permettront au soft power, clef de la régulation pacifique, de passer pour autre chose que de la faiblesse.


vendredi 20 février 2015

B. Rougier, S. Lacroix, L’Egypte en révolutions









B. Rougier, S. Lacroix (dirs), L’Egypte en révolutions, PUF, Paris, 2015



L’ouvrage dirigé par Bernard Rougier et Stéphane Lacroix, au lendemain d’événements égyptiens toujours inaboutis, était attendu. Il rassemble une large collection d’auteurs internationaux, français, européens, nord-américains, arabes, confirmés ou plus jeunes dans la carrière, pour une analyse fine des processus politiques en cours aujourd’hui dans ce pays charnière des équilibres stratégiques proche-orientaux et méditerranéens. Dans une introduction qui synthétise et clarifie remarquablement le fil des événements jusqu’à la fin 2014, les deux directeurs de l’ouvrage distinguent cinq dynamiques à l’œuvre, qui se combinent : révolutionnaire, libérale, islamiste, syndicale et militaire. Tour à tour sont passés au crible l’échec politique des frères musulmans, la sociologie politique des évolutions institutionnelles, les acteurs sociaux (salafistes, terroristes, ouvriers, coptes, citoyens urbains…) qui furent au cœur des événements, tandis qu’une série de portraits clôture utilement l’ouvrage, donnant corps à ce tableau saisissant.

Pour démonter un par un les ressorts du puzzle égyptien, les auteurs ont recours à de nombreux concepts centraux de la science politique : populisme, charisme, conservatisme, radicalisation, contestation… des terrains les plus balisés (mais difficiles d’accès, comme les urnes au lendemain des dépouillements) jusqu’aux plus fermés (la production du terrorisme au Sinaï). L’addition des notions mobilisées ici finit par nous convaincre qu’aucune explication simpliste, aucun schéma binaire ni manichéen, ne saurait donner une image juste de ces enchevêtrements vertigineux. Incapables de passer à la légalité sans ménager correctement les acteurs lourds d’un système ciselé par plusieurs décennies d’autoritarisme et de prébendes sous Moubarak, les Frères n’ont su imposer leur « populisme social » (Amr Adly), et se sont vus rejetés par les urnes. A cet égard, l’enquête menée par Bernard Rougier et Hala Bayoumi révèle plusieurs points contre-intuitifs. Outre le retour de la ville (autrefois abstentionniste) dans le jeu électoral, et la chute libre du vote islamiste d’une élection à l’autre sur la séquence 2011-2013, on apprend que les quatre plus grandes villes d’Egypte ont été particulièrement réticentes au vote islamiste. C’est la radicalisation de la Haute Egypte qui a permis l’élection de Morsi en juin 2012, tandis que la vallée du Nil aurait porté au second tour Ahmed Chafiq et Hamdin Sabbahi. D’autres contributions attirent également l’attention. Gaëtan du Roy relit avec finesse la question copte, en distinguant au sein de cette communauté un courant porté sur l’égyptianité, et un autre plus charismatique et prosélyte, inscrivant les coptes dans la chrétienté internationale avec des méthodes qui peuvent rappeler celles des évangélistes américains. Sur le Sinaï, Ismaïl Alexandrani démonte les rouages de l’entreprise terroriste, qui table sur des décennies de marginalisation / exclusion politique des habitants de la zone, depuis le retrait israélien. Enfin, les portraits des acteurs principaux de la tragédie égyptiennes sont restitués avec talent, notamment à la fin de l’ouvrage par Tewfiq Aclimandos pour Abd al-Fattah al-Sissi, et plus haut dans l’ouvrage par Stéphane Lacroix Ahmed Zaghloul Chalata pour le charismatique salafiste Hazim Salah Abou Isma’il, évincé de la course au pouvoir.

Ce travail, surtout, vient nous convaincre un peu plus encore que la relance des études moyen-orientales en France est une nécessité. Bernard Rougier et Stéphane Lacroix n’ont pas choisi, pour ce faire, la solution facile d’un ensemble de slogans attractifs. Ils ont fait le pari, autrement plus risqué mais autrement plus payant, de nous exposer la complexité de la tâche à accomplir pour atteindre une compréhension acceptable de la situation égyptienne. Leur talent est d’avoir rendu cette complexité abordable. Leur mérite est de nous avoir convaincu de l’exigence politique qu’il y avait à poursuivre dans cette voie. Un mot enfin, à l’occasion de cette parution, pour saluer l’indispensable travail de fond effectué par nos instituts de recherche à l’étranger, en l’occurrence le CEDEJ du Caire, dont le quotidien, dans ces situations politiques difficiles, est loin d’être aisé.