mardi 28 juin 2016

La politique étrangère à l’heure des populismes


Dans L'opinion du 15 juin 2016

Imaginons un instant cet enchaînement, qui n’est plus à exclure : le 23 juin, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne ; Donald Trump est élu président des Etats-Unis en novembre ; en mai suivant, un président français est choisi avec une marge trop étroite face à Marine Le Pen, dans un pays de facto immédiatement clivé et paralysé ; quelques mois plus tard en Allemagne, Angela Merkel paie les séquelles de la crise des réfugiés, ou se retrouve avec une extrême droite puissante.

Les trois grands pays de l’Union européenne, quatre des piliers de l’Alliance atlantique, se retrouveraient alors, en même temps et pour plusieurs années, en crise interne et sans boussole. Ailleurs en Europe, le populisme - c’est-à-dire la mobilisation du peuple pour des raisons électoralistes sur la base d’un discours volontairement simplificateur – aura déjà frappé. Après une telle séquence, il est probable qu’il s’étendra encore. Notre rapport au monde ne peut en sortir indemne.

D’abord parce que les idéaux démocratiques en général, ceux de l’Union européenne en particulier, sortiront laminés par l’arrivée au pouvoir de candidats élus sur leur dénigrement. De cette crise des valeurs résultera nécessairement une crise de légitimité, de crédibilité et donc d’autorité internationale des pays concernés. L’UE comme l’OTAN deviendront les théâtres de divisions politiques funestes. La gestion des crises internationales devra se passer d’elles. En un mot, tout sera à revoir. Une page sera tournée, donnant à la période qui s’était ouverte avec la chute du Mur de Berlin, une issue pour le moins surprenante.

Lire la suite sur  L'Opinion.fr

Face au nouveau malheur arabe : de l’intérêt de possession à l’intérêt de milieu




Pour le site Global Brief (Toronto)



Samir Kassir avait identifié, dans ses Considérations, plusieurs facteurs à ce qu’il appelait le « malheur arabe » face à la modernité (S. Kassir, Considérations sur le malheur arabe, Actes Sud, 2004). Plus prosaïquement, les analyses récentes (voir par exemple The Economist, 14 mai 2016, The War Within) avancent souvent quatre dynamiques de l’effondrement de l’ordre politique arabe dans les dernières années : 1- l’échec du modèle autocratique ; 2- le caractère non soutenable du système d’économie de rente ; 3- les tensions entre religion et politique, particulièrement dans le monde sunnite ; 4- les interventions déstabilisatrices des Etats-Unis, suivies sous Barack Obama par un désengagement tout aussi déstabilisant. En cette année de centenaire des accord Sykes – Picot, bien d’autres hypothèses encore peuvent être avancées : un déclin des politiques étrangères arabes depuis une trentaine d’années face aux trois puissances régionales non arabes (Turquie, Israël, Iran) ; la non résolution du conflit israélo-arabe et la perception arabe d’un refus ou renoncement extérieur à traiter le sujet ; des questions de minorités et de réfugiés suspendues au point d’en devenir autant de conflits gelés… La liste est longue.
Il est pourtant un facteur commun à l’ensemble de ces maux : ils ont été engendrés il y a longtemps (soit du fait des acteurs régionaux eux-mêmes, soit des acteurs extérieurs), par la recherche de l’intérêt de possession qui caractérisait l’époque. C’est-à-dire par la conviction que dans un jeu à somme nulle, tout ce qui était gagné par l’un (pétrole, territoire, influence…) était perdu pour l’autre. Il fallait donc posséder, et empêcher l’autre de posséder ou d’accéder à des leviers qui puissent lui permettre de posséder un jour. Dans cette logique, il était utile de diviser pour régner, de cloisonner pour prévenir, de monopoliser le pouvoir pour tenir la société, d’avoir recours à des puissances extérieures pour consolider ses acquis.
Les temps ne sont plus à l’intérêt de possession mais à l’intérêt de milieu, c'est-à-dire à la construction d’un environnement stable et prospère, avec des voisins en mesure de participer à l’élaboration d’un cadre collectif autorisant le pacte de sécurité, l’échange ou les économies d’échelle. Dans cette perspective, l’absence de dialogue politique national dans beaucoup de pays arabes, la stagnation économique et sociale, l’absence d’inscription dans des logiques d’intégration régionales et globales, constitue une triple impasse suicidaire. Dans cette perspective encore, les recettes antérieures ne garantissent plus la stabilité mais précipitent au contraire la marche à l’explosion.

Lire la suite sur Global Brief
 

mardi 31 mai 2016

Politique étrangère au Proche-Orient après les printemps arabes : l'introuvable ligne diplomatique






Tiré d’une intervention au colloque « Repenser les relations internationales après les révolutions arabes », beyrouth, USJ, 15-16 avril 2016.


La séquence des soulèvements arabes (depuis 2011) s'inscrit dans un enchaînement historique qui aura laissé les acteurs extérieurs aussi bien que les principales puissances régionales démunis devant un certain nombre de ruptures non prévues.

La fin de la bipolarité fut la première d’entre elles, qui priva les récits politiques de cadre explicatif sur les enjeux régionaux (même si ces récits étaient peu convaincants). Il y eut ensuite l'échec du processus de paix après 1995, qui révéla la revanche des enjeux sur les volontés politiques : les Etats-Unis, notamment, ont tenté d’imposer un agenda pour la paix. Mais les thèmes écartés (comme la question du retour des réfugiés) sont revenus au galop, les méfiances des acteurs et les réticences des sociétés ont fait le reste. En parallèle, l'échec de Barcelone en 1995 à accompagner un processus… sans plus de processus, consacra l'impuissance de l'Europe à peser encore dans les tragédies méditerranéennes. La tentative de l’Union pour la Méditerranée après 2008 aura le même destin. Après les attentats de septembre 2001, suivis par deux guerres américaines dans le "grand Moyen Orient", c’est la première puissance militaire mondiale qui se montre impuissante à réguler la zone, où elle s’enlise même. Lorsque surviennent les "printemps arabes", les diplomaties n’ont plus de boussole. Accompagnés de nombreux faux débats mais aussi de vraies pertes de repères, les soulèvements et leurs conséquences imposent de repenser la région, comme la pratique de la politique internationale.

Les faux débats


Plutôt que de s’interroger sur le bilan de relations bilatérales trop étroites avec des régimes qui prétendaient au monopole de la représentation de sociétés en réalité en pleine diversification, plutôt que de questionner cette absence de dialogue avec les sociétés civiles (dialogue auquel des diplomaties démocratiques renonçaient souvent à la demande des régimes autoritaires eux-mêmes), plutôt que de remettre en cause la croyance en la capacité des régimes régionaux à s’ériger en remparts contre "la terreur", plutôt que de descendre en profondeur dans l’analyse pourtant fondamentale des sociologie des forces de coercition, de l'Etat profond", ou des déséquilibres sociétaux (cela viendra plus tard, sous les plumes de (Hazem Kandil, jean-Pierre Filiu ou d’autres), beaucoup de travaux donnèrent une importance excessive à des questions plus trendy que fondamentales.

Le débat sur les équilibres pro et anti occidentaux au Proche-Orient, par exemple, fut un premier réflexe. Les soulèvements allaient-ils rendre la région plus libérale, et lui faire enfin rattraper la globalisation occidentale ? Ou au contraire, renversaient-ils des régimes qui avaient toujours servi les intérêts américains et européens ? La question n’était pas illégitime. Mais elle était occidentalo-centrée, et datée. Tout comme les analogies historiques nombreuses, qui nous faisaient comparer les interventions américaines de 2001-2003 aux State buildings allemand et japonais de 1945, ou les soulèvements arabes de 2011 à l'Europe de 1848 ou de 1989. De la même manière, on crut voir dans les demandes de dignité de 2011 l’effet mécanique des réseaux sociaux, sous-entendant que sans eux, la société arabe n’aurait su s’exprimer. Un troisième faux débat, toujours aussi peu enclin à saisir la dynamique régionale, s’attacha à la performance de l’anticipation ou de la prospective, des oracles et des prévisions : pourquoi, au nord de la Méditerranée, n'avait-on rien vu venir dans les chancelleries ou les planning units ? On aurait pu s’interroger également sur le fait de savoir pourquoi des appareils d'Etat puissants, qui pensaient contrôler des sociétés quadrillées de Moukhabarats, n’avaient rien vu venir non plus.


Pertes de repères


En réalité, les événements de 2011 sonnaient la fin définitive d'une configuration familière. Des interlocuteurs de longue date disparaissaient. Des États pivots basculaient. Et des dilemmes resurgissaient, qui revoyaient à des impasses analytiques antérieures : quelle position adopter face à des élections libres donnant la victoire à des partis religieux ? face à l’Egypte de 2012 comme à Gaza en 2006, la gêne était perceptible. Et la difficulté à sortir d’une lecture par le clivage "partis religieux contre partis laïcs", était forte. Entre stabilité régionale et promotion de la démocratie, entre intérêts géopolitiques (soutenir des alliés de longue date) et sens de l'histoire (soutenir des peuples), les Etats-Unis comme plusieurs de leurs alliés, hésitaient, ou se réfugiaient dans le soutien à des segments d'opinion commodes mais minoritaires ("Tahrir").

La nouvelle grammaire politique régionale est encore largement impensée par les diplomaties extérieures, mais peut-être aussi locales. La multiplication des multivocal ou failed states (Syrie, Irak, Libye...), le morcellement des acteurs avec retour de clivages anciens (Cyrénaïque, Tripolitaine...), le brouillage des frontières entre régimes, partis, mouvements, et l'obligation de prendre en compte des sociétés aux modes d’expression renouvelés, ne peuvent plus guère être appréhendés par la seule focalisation sur des clivages macro-politiques (sunnites / chi’ites), ni sur l’entretien de relations bilatérales privilégiées fondées sur quelques « hommes forts ».


Quelle ligne diplomatique?


L'Europe en tant qu’Union, hélas, semble avoir renoncé à la question elle-même.  Elle ne constitue plus pour l'instant un acteur stratégique dans son environnement stratégique méridional. Les Etats-Unis d'Obama, en dépit de quelques audaces importantes (le discours du Caire de 2009, le deal iranien) paient encore le prix de la décennie néo-conservatrice. Leurs hésitations par ailleurs compréhensibles en Egypte, à Bahreïn ou en Libye, leur recul sur le dossier syrien en 2013, ont fait vaciller leurs grands partenariats traditionnels, avec l’Arabie saoudite, Israël, et dans une certaine mesure la Turquie. Leur renoncement de fait sur le dossier israélo-palestinien accentue le sentiment d'un retrait américain dans la région, accompagné par un retrait britannique (certes moins structurant).

Moscou a décidé de tirer profit de ces hésitations américaines pour se faire "game changer" régional, mais dans une région où l’on ne change pas le jeu si facilement. La France fait à la fois le pari d'un retour aux sources de la Realpolitik (avec son alliance saoudienne et son partenariat égyptien), et celui d’un retour aux enjeux traditionnels, avec la relance, en juin 2016, d’une conférence sur la situation israélo-palestinienne. Ce double front est-il tenable ? Ce réalisme est-il réaliste ? Il est trop tôt pour le dire. beaucoup dans la région attendent ce qui serait la véritable évolution, à savoir une implication des puissances émergentes, sur le modèle de l’initiative turco-brésilienne de 2010 (sur le nucléaire iranien), mais avec plus de force, et avec d’autres acteurs (la Chine ?). L’implication des émergents dans cette poudrière reste néanmoins, pour l’heure, fort hypothétique.

Les acteurs traditionnels, extérieurs comme régionaux, sont usés. Les Etats-Unis ont échoué, les européens ont disparu, les politiques étrangères arabes jadis clefs (« pas de paix sans la Syrie, pas de guerre sans l’Egypte », disait Kissinger) sont en retrait, et les puissances régionales non arabes (Israël, Turquie, Iran), tout en étant devenues les plus structurantes, connaissent bien des difficultés. Le nouveau concert d'interaction, qui pourrait faire pièce à l’actuel concert d'impuissance, se fait encore attendre.

lundi 28 mars 2016

Paris – Bruxelles : rappels



 

 
Le terrorisme a de nouveau frappé l'Europe, cette fois à Bruxelles, à proximité de ses institutions supranationales. L’émotion ou la colère, légitimes, ont suscité des commentaires nombreux. Quelques éléments de Realpolitik méritent toutefois d’être rappelés.

1-      En premier lieu, si l'Europe vit désormais en état d’alerte permanent, le phénomène est global et va le rester. Les attentats du 22 mars étaient certes les premiers de l’année 2016 sur le territoire de l'Union Européenne depuis ceux de Paris, le 13 novembre 2015. Mais plus de trente attaques terroristes ont été perpétrées dans le monde depuis le 1e janvier. D’Istanbul à Bamako en passant par Ouagadougou, Zliten (Tunisie), Peshawar ou Lahore (Pakistan), Grand Bassam (Côte d’Ivoire) ou Iskandariya (Irak), le phénomène est mondial. L’Etat Islamique a revendiqué beaucoup de ces actes récents, mais d’autres groupes ailleurs sont loin d’être en reste, comme Boko Haram ou Al Qaida. L’acte terroriste est devenu facile d’emploi dans notre monde, il est la réponse de groupes spécifiques aux appareils étatiques militairement plus puissants, et crier chaque fois à la stupeur est hélas à la fois illusoire et contreproductif. Tout comme il est contre-productif de traiter médiatiquement ces faits comme si les cibles occidentales étaient plus importantes que les autres, ou méritaient davantage de compassion.

2-      Les actions terroristes ne sont ni aveugles, ni nihilistes. Elles ne sont pas aveugles car elles touchent des Etats faibles, et l'Europe, aux yeux des terroristes, en fait désormais partie. C’est une différence frappante avec le cas du 11 septembre 2001, qui en visant les Etats-Unis voulait à l’inverse porter un coup à une superpuissance réputée invincible. Plus précisément encore, les auteurs de ces actions envoient des messages à peine cryptés, en s’attaquant à des symboles plus ou moins subtils : des cafés fréquentés par une jeunesse urbaine plutôt aisée et surtout, multiculturelle ; des lieux de spectacles qui en eux-mêmes ou de par les groupes musicaux qui y jouent, peuvent donner lieu à une stigmatisation en lien (parfois grossier) avec le conflit israélo-palestinien ; des lieux de transports (métro, aéroport bruxellois) symboles supposés des institutions supranationales, et d’une globalisation marquée elle aussi par le multiculturalisme et l’échange entre populations. Ces actions sont encore moins nihilistes, dans la mesure où ceux qui les revendiquent sont porteurs d’un projet politique précis, luttent ailleurs pour des gains territoriaux (comme le groupe Etat Islamique), recrutent en ligne sur la base de ce projet, et de promesses dans l’au-delà. Plaquer ici le concept très occidental de nihilisme paraît donc inadapté.

3-      Les attaques ne sont pas seulement non plus des représailles qui seraient infligées à des politiques étrangères précises : le phénomène est plus complexe. 

Lire la suite sur le site de Global Brief