samedi 31 janvier 2015

S-Y. Laurent, Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir





S-Y. Laurent, Atlas du renseignement. Géopolitique du pouvoir, Presses de Sciences Po, Paris, 2014

Le renseignement est d’actualité, son étude se développe en France, et Sébastien Laurent en est l’un des animateurs les plus actifs. Cet atlas a une double vocation pédagogique et analytique. Pédagogique naturellement puisque les nombreuses cartes présentées ici clarifient, exposent, synthétisent aussi bien des « moments » clefs des relations internationales (les covert action de la CIA, l’époque des cellules Stay behind, le réseau Condor en Amérique latine…), que des structures (Echelon, les clubs européens…), des crises (Pearl Harbor, le Kippour, le 11 septembre…), ou même de nouvelles perspectives (l’avenir du renseignement en sources ouvertes, le réseau…). Analytique aussi car les textes en disent autant que les graphiques ici, revenant sur des évolutions historiques, décryptant des épisodes aujourd’hui négligés (les expulsions des diplomates soviétiques dans les années de guerre froide, la vision socialiste du renseignement à l’heure du Pacte de Varsovie, la logique Schengen…). Plus qu’un seul exercice cartographique – réussi, et toujours fascinant pour les amateurs d’atlas – ce travail constitue une étape importante dans le « rattrapage » français sur les intelligences studies.

vendredi 19 décembre 2014

P. Blanc, J-P. Chagnollaud, Violence et politique au Moyen-Orient



P. Blanc, J-P. Chagnollaud, Violence et politique au Moyen-Orient, Presses de Sciences Po, Paris, 2014
 
Retrouvez les autres notes de lectures dans la Lettre de l'IRSEM n°8-2014
 
Pourquoi la violence politique au Moyen-Orient ? Hélas, les facteurs explicatifs ne manquent pas et les deux auteurs de cet ouvrage nous en dressent une liste. L’histoire coloniale d’abord, a engendré la violence territoriale (de la part du colonisateur) et sa réaction chez le colonisé, ou chez les nouvelles entités ainsi créées, notamment autour de l’enjeu Israël-Palestine. La trajectoire des idéologies, ensuite – sionisme, nationalisme arabe, islamisme – n’a rien fait pour désamorcer cet engrenage. Nationalismes et communautarismes ont fait à leur tour de la question identitaire un multiplicateur de violence, violence que les systèmes autoritaires ont encore exacerbée selon plusieurs modalités (violence physique, économique, exclusive aussi par le système de l’asabiyya – les violences faites aux femmes sont comprises dans cette catégorie). Enfin, le (mauvais) traitement de la région par le système international, ses instances et les détenteurs de son droit, n’ont pas permis – pour dire le moins – de compenser ces dynamiques. Au final, l’instabilité aujourd’hui paroxystique de cet ensemble régional (que l’année 2014 a encore démontré avec la double guerre civile irakienne et syrienne, la crise de gaza, les crispations autoritaires égyptiennes, entre autres) s’explique d’abord par une « désertion du politique », dont le prix à payer est désormais élevé.

P. Buhler, La puissance au XXIe siècle




P. Buhler, La puissance au XXIe siècle, Biblis, Editions du CNRS, 2014
Retrouvez les autres notes de lectures dans la Lettre de l'IRSEM n°8-2014

La réédition augmentée et en poche de ce travail désormais classique de Pierre Buhler (première édition en 2011) vient utilement mettre à jour sa réflexion sur la puissance, notamment à la lumière des événements ukrainiens, mais aussi moyen-orientaux. Diplomate de carrière doté d’une expérience d’enseignement de quatre années à Sciences Po, l’auteur excelle là où on l’attendait (notamment sur la conception russe de la puissance, sur la situation ukrainienne et centre-européenne, sur la puissance américaine, sur l’Asie – autant de champs qu’il a pratiqués amplement), mais également là où on l’attendait moins, à savoir sur la partie plus académique de sa réflexion (dont on pouvait imaginer qu’elle exigeait un investissement en temps moins accessible à un acteur qu’à un universitaire). Les quelque 600 pages de Pierre Buhler offrent en effet en toile de fond, au-delà de l’analyse du concept de puissance,  une véritable introduction aux relations internationales qui mobilise les auteurs clefs et les commente avec pertinence. Sur le concept de puissance lui-même, la mise en abîme historique (chapitre 1), les passages sur la relation de la puissance au droit et, partant, à la légitimité (chapitre 3), à la géographie, à la démographie ou à l’économie, sont particulièrement éclairants. P. Buhler plaide notamment, chiffres alarmants à l’appui, pour un plus grand investissement français et européen en faveur de la R&D, éléments incontournables de la puissance de demain. Sans parti pris théorique, il adopte néanmoins (p.330-331) l’une des définitions les plus modernes et convaincantes de la puissance, à savoir celle de Susan Strange (The Retreat of the State, 1996), comme : « la capacité d’une personne ou d’un groupe de personnes d’influer sur un résultat de telle manière que ses préférences l’emportent sur celles des autres ». A méditer.