samedi 22 juillet 2017

Jean-Christophe NOTIN, Les guerriers de l’ombre



Résultat de recherche d'images pour "NOTIN, Les guerriers de l’ombre" Jean-Christophe NOTIN, Les guerriers de l’ombre. Taillandier, Paris, 2017

A la suite d’un documentaire réalisé sur Canal Plus par le même auteur, connu pour ses ouvrages sur les opérations militaires françaises (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Mali…), ce travail dresse un portrait de treize agents de la DGSE, qui acceptent (anonymement, et avec toutes les précautions d’usage, cela va sans dire), de parler. Ils ont accompli des missions difficiles, dans la clandestinité. De quoi parlent-ils au juste, sans pouvoir se livrer totalement, sans trahir de secrets ? De leur recrutement, du métier, qui n’est pas ce qu’on en dit, de ses joies comme de ses difficultés, de la solidarité comme de la solitude, de l’aventure comme de la bureaucratie, des succès et des échecs, des déceptions (au sens français du terme…) et des bonnes surprises. De l’Afghanistan, aussi, qui sert de fil rouge à leur discours (et ils ne sont pas tous d’accord).

Après un certain nombre d’ouvrages de fiction (citons plutôt DOA et son Pukhtu Primo que la série SAS, qui ne semble pas dans le cœur des interviewés, en dépit de son succès de gare et de l’estime de nombreux décideurs…), après la série Le bureau des légendes, après la création de l’Académie du Renseignement qui avait pris l’initiative courageuse de plusieurs colloques ouverts (notamment sur le renseignement dans la Première Guerre mondiale), ce travail confirme le regain d’intérêt du grand public pour le renseignement en France, sans doute en partie, hélas, du fait des attentats récents. Il vise sans doute, lui aussi, à encourager des vocations, en démystifiant ou en répondant par avance à un certain nombre de questions.

L’exercice est utile, et participe de ce que le monde académique qualifierait, avec sa pompe, d’approche sociologique qualitative sur la base d’entretiens semi-directifs. L’échantillon en est forcément réduit ici, ce qui n’amoindrit pas le tour de force, de faire parler ceux dont le métier est de se faire passer pour un(e) autre. Et d’insister sur le caractère irremplaçable de l’humain, tant l’électro-magnétique demeure contournable. Leur témoignage est rare et précieux. naturellement, il ne règle pas tous les maux que l’on connaît en France : des études universitaires de renseignement (ou intelligence studies) à développer en dépit de quelques auteurs très productifs, sérieux et talentueux (Forcade, Laurent…) ; surtout, des moyens financiers limités pour le renseignement (les salaires suivent-ils les défis géopolitiques ?..) en dépit d’un réel savoir-faire, internationalement reconnu ; comme partout ailleurs, des améliorations organisationnelles à imaginer, etc. Il n’en demeure pas moins que le livre mérite d’être lu, et confirme la contribution régulière de Jean-Christophe Notin aux questions de défense.

dimanche 9 juillet 2017

J.J. JABBOUR, La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente



La TurquieJ.J. JABBOUR, La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente (préface de Bertrand badie), CNRS Editions, 2017

Cet ouvrage de Jana Jabbour en français sur la politique étrangère de la Turquie était d’autant plus attendu que l’exercice est trop rare. Jana Jabbour décrit et décrypte, à travers l’ascension de l’AKP et d’Erdogan, les évolutions d’une stratégie internationale turque jadis formulée par Ahmet Davutoglu, aujourd’hui en disgrâce. De cette diplomatie émergente qui s’était promis une relation à « zéro problème avec le voisinage », que reste-t-il après des printemps arabes qui ont laissé zéro voisin sans problèmes ? D’abord l’élaboration d’une nouvelle conception de la puissance, qui réhabilite l’empire et en appelle à la grandeur civilisationnelle derrière un leader qui se veut charismatique. Ensuite des vecteurs de puissance originaux, à commencer par l’AKP en tant que parti, mais aussi l’utilisation d’acteurs non étatiques, ONG, acteurs religieux transnationaux, minorités, mais aussi think tanks (l’une des parties les plus réussies de l’ouvrage). Le Moyen-Orient – arabe – est l’espace d’exercice de cette puissance réinventée, la cible des entreprises diplomatiques turques. En dépit des drames politiques, ce sont les populations qui font l’objet d’une entreprise de séduction et d’un soft power « à la turque », fait de séries télévisées (un autre passage fort intéressant), mais aussi de politiques d’éducation. Rien n’est gagné bien sûr pour la Turquie, dans cet environnement proche-oriental si complexe, qui rappelle à toute puissance ses limites. Mais Ankara compte bien revenir en force dans ce grand jeu, fort de son passé et d’instruments d’avenir. Les contradictions, les paradoxes, les principaux traits originaux de cette politique nous sont dépeints ici avec précision, snas polémique inutile en dépit d’un contexte passionnel, et dès lors ce travail fait référence sur le sujet en langue française.

D. KEROUEDAN, J. BRUNET-JAILLY (dirs.), Santé mondiale



Santé mondiale. Enjeu stratégique, jeux diplomatiques D. KEROUEDAN, J. BRUNET-JAILLY (dirs.), Santé mondiale, enjeu stratégique, jeux diplomatiques, Presses de Sciences Po, 2016

Cette somme de presque 500 pages s’attaque à un thème trop peu exploré des relations internationales : la santé, comme enjeu de sécurité humaine au cœur de bien des rapports de force. Dominique Kerouedan est docteur en médecine et elle a été titulaire de la chaire « Savoirs contre pauvreté » du Collège de France. Joseph Brunet-Jailly enseigne à Sciences Po. A travers des exemples précis et concrets (MSF au Nigéria contre les épidémies, la lutte contre la mortalité maternelle au Mali, l'organisation des soins en Syrie sans l'Etat, la diplomatie de la santé au Brésil), et des thématiques plus transversale et problématisées (accès aux médicaments et propriété intellectuelle, géopolitique du médicament, justice et éthique médicale…) c’est un tour d’horizon dense qui nous est proposé. Les auteurs vont des chercheurs pointus aux politiques (Laurent Fabius, Bernard Kouchner), avec une dominante critique, qui souligne les apories d’un rapport Nord-Sud toujours vivant sur ces sujets, et plus encore les dégâts du tout libéral. Des « politiques de croissances à haut risque sanitaire », un contexte institutionnel contraint, font partie des constats de cette approche politique de la santé mondiale. On saluera également les bibliographies précieuses qui suivent chacun des 18 chapitres, pour proposer au final sinon un manuel du moins un ouvrage de référence sur cette question. A compléter par d’autres lectures utiles, par exemple sur les enjeux de santé tels que traités dans les organisations internationales ou les partenariats public-privé (voir notamment les travaux d’Auriane Guilbaud).