dimanche 18 mars 2012

Une Méditerranée des think tanks et de la recherche


Une Méditerranée des think tanks et de la recherche 

12 mars 2012
---
Le dialogue politique en Méditerranée, pour les européens, est rendu à la fois indispensable et difficile par les récents printemps arabes (voir note du 5 mars 2012). Au niveau interétatique, il doit éviter à la fois les sujets les plus délicats (comme le conflit palestinien), et les sujets trop techniques (comme la dépollution de la Méditerranée) qui jurent avec le contexte ambiant, occupé par des drames politiques. Restent, pour ce niveau intergouvernemental, les sujets sociaux, qui doivent mettre en scène des projets concrets de développement, avec des engagements chiffrés des pays de la rive nord.
Il est possible en revanche d’aborder les questions à la fois politiques, techniques sociales (et donc de développement), en les liant même entre elles, à un autre niveau : celui des sociétés civiles, et plus particulièrement des échanges entre experts et/ou chercheurs. Plusieurs outils sont mobilisables pour ce faire.
1-      Une meilleure mise en relation des think tanks européens qui travaillent sur la Méditerranée. Les européens comptent de nombreux think tanks spécialisés sur la Méditerranée, qu’il s’agit aujourd’hui de mieux coordonner. Si nous connaissons en France l’Arab Reform Initiative, CapMena, Ipemed, la FMES, l’IMES, les travaux de l’amiral Dufourcq (autour du GRUM à l’IRSEM notamment), et d’autres encore… les autres européens ne sont pas en reste non plus (l’IEMed ou FRIDE en Espagne, MEDEA, le Mediterranean Institute de Malte, Foundation for Mediterranean Cooperation en Grèce…). Mais chacun développe ses réseaux individuels et l’ensemble ne fait pas masse. Sans prétendre régir ces think tanks par le haut ni même les superviser (d’autant que leur diversité fait leur valeur), un état des lieux s’avère nécessaire dans cette période cruciale, ne serait-ce que pour mieux les soutenir, et dessiner ainsi les premiers contours d’un ensemble européen d’expertises méditerranéennes.
2-      Réinvestir le réseau Euromesco. Créé en 1996 pour soutenir le processus de Barcelone par le processus de confidence building qui pourrait émerger du rassemblement des experts et chercheurs des deux rives, ce réseau compte aujourd’hui 61 instituts de recherche dans 33 des 43 pays de l’UPM, plus 26 autres instituts ayant statut d’observateurs. Après quelques années de sommeil relatif, il a retrouvé depuis peu une activité de qualité, qui aboutit à la production de nombreux papiers très policy oriented (voir www.euromesco.net). La France n’y est pas suffisamment présente en dépit de l’adhésion de trois acteurs français (CERI, FMES, IFRI). Un renforcement de cette présence française d’une part (qui pourrait s’appuyer sur la présence à Paris de l’Institut d’Etudes de sécurité de l’UE), un réinvestissement de bruxelles dans le réseau d’autre part, sont des pistes explorables, avec l'objectif de revivifier un tissu sud-méditerranéen de think tanks, à l’heure de la transition politique.
3-      Enfin, cet objectif, du point de vue plus spécifiquement français, devrait sans doute se doubler d’une redynamisation et d’un redéploiement des IFRE (instituts français de recherche à l’étranger), fortement présents dans la zone méditerranéenne mais très rationalisables, ou à la coordination très améliorable, pour dire le moins. L’Institut français du Proche-Orient (IFPO) de Damas- Beyrouth- Amman-Alep-Jérusalem, le Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (Cedej) au Caire et à Khartoum, le Centre français d'archéologie et de sciences sociales de Sanaa (Cefas), le Centre Jacques Berque (CJB) de Rabat, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Irmc) de Tunis, l’Institut français d'études anatoliennes (Ifea) d’Istanbul, plus le CFRJ de Jérusalem, l’IFRI de Téhéran, constituent aujourd’hui un réseau qu’il est possible de mieux exploiter, pour revoir nos échanges avec de nouveaux partenaires sud-méditerranéens. Sans préjuger de la meilleure manière d’y parvenir, au moins une étude (ou un rapport) pourraient-ils être lancés sur cette question.
Un tel réinvestissement pourrait tenir compte des lignes de conduite suivantes :
-          Renouveler les partenariats aujourd’hui existants, au-delà des seuls interlocuteurs francophones. Des sciences sociales arabophones se sont développées en marge des réseaux francophones connus, au Maghreb, au Liban ou en Israël. Des nouveaux experts ont été repérés dans les dernières années, en Egypte, Turquie, Jordanie, Syrie, Palestine bien sûr, dans le Golfe ou ailleurs. Des communautés d’experts sont à construire ou reconstruire en Libye ou en Irak. Il importe de les soutenir.
-          Tester, à ce niveau des think tanks, le nécessaire renouveau d’une diplomatie publique (et par là même la reconfiguration de notre dispositif culturel, repensé dans cette perspective de dialogue et d’accompagnement).
-          Enfin utiliser cette piste des think tanks pour retrouver l’esprit d’une track-two diplomacy, à la manière de la diplomatie alternative qu’avait constitué l’initiative de Genève pour tenter de sortir, en 2003, de l’impasse israélo-arabe.
Ce nouveau multilatéralisme par le bas en Méditerranée aurait l’avantage de contourner les blocages étatiques, de prendre acte des prises de pouvoir des sociétés tels qu’on a pu les observer en 2011, et d’encourager l’avènement de nouvelles élites sud-méditerranéennes en lesquelles il est indispensable d’investir aujourd’hui.

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer